Le Moulin de la Galette

Sur Montmartre, on a pu compter jusqu’à 30 moulins à vent! Il n’en reste aujourd’hui plus qu’un seul d’authentique, le Moulin de la Galette !

Pour être tout à fait exact, le Moulin de la Galette tel qu’on le connait aujourd’hui est constitué d’un ensemble de deux anciens moulins, le Blute-Fin et le Radet. C’est la famille Debray qui les achète tous les deux en 1809 pour y produire de la farine.

Vu de la rue Lepic, c’est le Blute-Fin que l’on peut apercevoir le plus en hauteur. Son nom vient de l’ancien verbe ‘bluter’, c’est-à-dire tamiser la farine en la séparant du son. Le Blute-Fin apparait en 1622, mais ce n’est qu’en 1870 qu’il sera transformé en guinguette et qu’il sera baptisé un peu plus tard, en 1895, le Moulin de la Galette du nom d’un petit pain de seigle distribué aux consommateurs avec un verre de lait. Délicieusement peint par Auguste Renoir, fréquenté par des personnages aussi célèbre que Toulouse-Lautrec ou la Goulue, il deviendra célèbre dans le monde entier. Situé sur un terrain privé, il n’est malheureusement plus accessible au public.

Le Radet correspond au moulin situé le plus en contrebas. Initialement construit en 1717, il a été entièrement reconstruit en 1760. Mais ce n’est qu’en 1924 qu’il trouvera son emplacement actuel, à l’angle de la rue Girardon et de la rue Lepic. Il fait aujourd’hui office de restaurant.